• Chrystelle Henry

Ré-inventer les organisations

Dernière mise à jour : avr. 30

Selon Frédéric Laloux, ancien ingénieur et coach de dirigeants ; la façon actuelle de gérer les entreprises a atteint ses limites car elle génère de nombreuses frustrations et beaucoup de démotivation ( 85 % des salariés sont désengagés de leur travail).


Au travers d’exemples concrets, il démontre dans cette conférence qu’une nouvelle façon de manager est possible.


“Dans ces organisations extraordinaires, on a simplement donné la possibilité aux gens d'êtres adultes et d'offrir à la collectivité le meilleur d'eux même”


" le point commun de ces organisations est d'avoir supprimé le management classique des ressources humaines pour passer à une gouvernance partagée.."

Frédéric Laloux nous invite ici à considérer que l'entreprise libérée n'est pas une douce utopie, mais une véritable émergence dans le monde du travail.

Il s'est intéressé plus particulièrement à une douzaine d'entreprises de par le monde. Le point commun de celles ci est d'être particulièrement performantes et compétitives.

Il semble ainsi que de miser sur l'humain, la confiance, et l'intelligence collective soit tout à fait payant...


"Chaque organisation a sa propre raison d'être, sa propre âme..Notre rôle en tant que membre d'une organisation est d'écouter ou veut aller cette organisation...."

Aucune de ces entreprises ne définit de stratégie sans tester les projets avec l'ensemble des personnes concernées . Elles s'appuient sur une raison d'être très incarnée avec des pratiques et des outils qui rendent collectifs les processus de décision dans l’intérêt de l'entreprise et de ses membres.


Bien sur, ce chemin est itératif et demande de mettre en place des process bien précis pour ne pas tomber dans le consensus mou ou dans une forme d'anarchie.

La communication non violente est une des ressources communes de ces structures, notamment pour gérer les conflits, ou pour mener des réunions dans lesquelles l'ego est mis de coté, afin de servir le but commun.

" Ce que j’ai fini par comprendre, c’est que les structures ont besoin de mécanismes d’organisation, mais pas nécessairement de hiérarchie ..."

Car la bonne vieille pyramide fonctionne bien dans une complexité maîtrisable. Mais dès que l’on rentre dans les systèmes complexes, les chefs ne sont plus capables d’ingérer la somme des sujets à traiter et la hiérarchie devient un frein.

Quand on regarde tous les systèmes complexes du monde - le cerveau, la forêt, etc. - aucun ne fonctionne de façon hiérarchique, mais au contraire par le biais d’une intelligence ou d’une autorité distribuée.

Et parmi les douze entreprises étudiées, les patrons utilisent tous la même métaphore : nous sommes un organisme vivant”.


"ll y a quelque chose dans les organisations classiques qui nous pousse à nous montrer sous un certain jour. Par exemple, l’ego dans l’entreprise est bienvenu, il faut être un battant. Mais venir avec sa part plus profonde, venir avec ses espoirs, ses questionnements, c’est vite dangereux..."


L'autorisation à être soi


J’imagine parfois un jeune créatif dans une boite de pub, qui réunit tous ses collègues pour leur dire « je me pose des questions fondamentales sur ce que l’on est en train de faire. On crée de faux rêves, pour vendre des produits dont on n’a pas besoin, et on rend malheureux tous ceux qui n’ont pas accès à ce rêve... ».

Cette personne-là aurait du courage, elle dirait haut et fort ce que tout le monde dans l’entreprise aurait au moins déjà pensé une fois.

Mais elle mettrait probablement un coup de frein à sa carrière.

Dans ce contexte classique, peu à peu, chacun met un couvercle là-dessus et à la fin, c'est l'ego qui prend le dessus...au détriment d'un déploiement de l'ensemble des individus et de l'entreprise.


« Parfois, j’aimerais qu’à la maison, ce soit un peu plus comme au travail ». Quand il y a de la bienveillance, de l’écoute active, de la communication non-violente, les gens se sentent mieux."

Dans les entreprises classiques , l’énergie masculine est toujours valorisée.

L’énergie féminine, qui réfléchit à la relation, qui ose être à l’écoute, vulnérable, qui temporise, est mal considérée et ne permet pas de se dessiner "un plan de carrière".


Au contraire, les douze organisations étudiées dans le livre de Frédéric Laloux ont mis en place des systèmes pour aider les gens à être pleinement eux-même, pour se sentir en sécurité et laisser tomber les masques.


La profondeur, l’honnêteté et la fluidité des relations entre collègues de boulot de ces organisations atteint parfois un tel niveau que certains salariés déplorent ne pas pouvoir atteindre ce niveau de communication et de bienveillance dans leur vie familiale ou intime...un comble !!


En résumé, toutes ces entreprises ou organisations ont le point commun d'avoir eu des dirigeants qui ont cru en la capacité de tous les êtres humains de contribuer à servir une cause commune, de créer, de prendre des décisions adultes, et de se responsabiliser.


C'est une nouvelle ère qui nous est proposé ou tous les rêves les plus fous sont réalisables ;-)








40 vues0 commentaire